samedi 16 mai 2015

Vieilles Dames

Faisons un petit flash-back si vous le voulez bien, car j'aimerais vous parler d'une trouvaille que j'ai faite il y a quelques mois déjà. Le temps m'a manqué et j'ai donné la priorité à de plus belles toilettes, remisant à plus tard l'article que je voulais faire sur ces vieilles dames soties de l'oubli.


Je suis tombée sur elles au milieu d'un fatras de godasses toutes dans le même état misérable de dégradation et de poussière. Leur silhouette reconnaissable entre mille a malgré tout attiré mon attention, car quelle pièce ! Probablement d'époque restriction textile, ce genre de bottillons féminins ne court pas les rues. C'est pourquoi même dans cet état pitoyable je les ai sauvées pour quelques euros. 

Cela me donne également l'occasion de vous montrer l'état dans lequel je trouve les choses le plus souvent, car je ne vous les présente généralement dans ces pages qu'une fois nettoyées. Mais il y a toujours un certain temps de remise en état avant que ces trouvailles d'un autre temps ne soient présentables ! Nettoyage, remise en forme, raccommodage... Ces chaussures-ci en sont un parfait exemple (et un peu extrême aussi, j'en conviens !).

 
Ces très beaux bottillons des années 1940 on perdu leur lustre d'antan... Le temps et les mites ont scellé leur sort, les voilà bien grignotées et penaudes. Quel dommage, car comme par hasard c'était ma pointure !!!


Extrêmement  poussiéreuses, percées de trous, difficile d'imaginer ces vieilles dames à la sortie du magasin... D'un superbe bleu nuit, avec cette belle silhouette élancée, elles étaient pourtant d'une élégance folle !


Les quelques bandes de cuir ont été épargnées, mais le feutre a fait le festin de ces petites bêtes qui sont la hantise de toutes les amatrices de mode vintage : les mites ! L'usure très avancée des semelles et des talons témoigne d'un usage prolongé. Quant aux crochets, ils sont tous rouillés ou presque...


 Comme ça fait mal au coeur !

Le nettoyage a commencé par un gros coup d'aspirateur intérieur et extérieur, en insistant bien sur les trous et les pliures pour éviter d'y laisser des résidus ou de vieux cocons de mites...puis un bon coup de brosse ne pouvait pas leur faire de mal...un peu de crème essentielle pour cuir sur les arabesques et les talons qui en sont recouverts...pour bien faire il aurait fallu que je frotte au papier à poncer fin chaque crochet rouillé, mais franchement la flemme, je ferai ça quand je serai motivée, un nettoyage rapide au produit vitres suffira pour le moment à les débarrasser de leur poussière crasseuse...et puis un petit coup de triche en attendant de trouver mieux, en mettant du marqueur dans les trous pour qu'ils se voient un peu moins de loin !

Bref un peu d'huile de coude, et ça va tout de suite un peu mieux :
 

Je suis absolument fan de la silhouette de ces bottines. J'adore ! Le talon haut juste comme il faut, plateforme à l'avant, la découpe à la cheville, la couleur, la ribambelle de crochets, et cette arabesque de cuir qui habille les côtés... Si un jour j'en ai les moyens, je me ferais bien fabriquer une copie !!! ($$$$$ !)


Nettoyées, bourrées de papier journal pour les préserver et les maintenir en forme, ces bottillons originaux vont maintenant rejoindre ma collection de chaussures appartenant à la période de restriction textile. 

De bien belles vieilles dames, qui ont pris un petit coup de jeune grâce à quelques soins prodigués avec beaucoup d'amour...



jeudi 14 mai 2015

Le Trésor du Mois

...que dis-je du mois ? Peut-être de l'année qui sait (mais j'espère faire encore d'autres belles prises en 2015 tout de même hé !)
 
Allez je vous ai assez fait languir, et moi aussi du même coup puisque je brûle de vous montrer cette trouvaille depuis qu'elle est entrée dans ma collection samedi dernier ! Voici donc LA trouvaille dont je vous parlais...
Roulement de tambours...
 
 
 
Une boîte à chapeaux posée par terre a attiré mon attention car à côté se trouvaient deux melons et un haut de forme, qui se sont avérés en bien piètre état, et de petite taille en plus. Sans intérêt. Je me suis donc lancée dans la fouille de ladite boîte faisant grise mine à terre, et dès les strates supérieures mon intérêt s'est éveillé : chapeaux manifestement années 30 ou 40, mais oh dommage ! bouffés aux mites... J'allais renoncer quand une tache d'un bleu métallique a retenu mon regard...
Tout au fond, écrasé, misérable, poussiéreux, il était là.
Et pour un prix mini mini !
 
 
Quand l'affaire conclue je l'ai montré à mon homme qui 'attendait un peu plus loin, il m'a dit : "Il n'y a vraiment que toi pour voir la beauté d'une pièce quand tu la trouves dans cet état-là !!!" C'est sûr que bon nombre seraient passé à côté, n'ayant pas vu au premier regard quel chapeau incroyable ils avaient dans les mains...
 

 
Il s'agit donc d'un chapeau des années 40 en feutre et tissu bleu de deux tons différents. Le tissu est savamment drapé sur une base de feutre en calotte haute (très haute ! tout ce que j'aime), avec ajout de deux bandes de feutre formant un noeud sur l'avant.
 

 
Dépoussiéré, remis en forme, voilà une pièce d'exception pour ma collection... Mais j'espère pouvoir le porter bientôt, car il me va plutôt bien comme toutes ces formes très hautes. En plus le roux de mes cheveux ressort fortement avec ce ton de bleu presque métallique.
 
Evidemment il n'est pas en parfait état, les mites ont laissé ça et là quelques traces de leur passage, mais aucun trou heureusement, que des rognures qui restent assez discrètes tant qu'on a pas le nez dessus. Et comble de la chance, elles ont boudé le tissu qui ne devait pas être à leur goût, du coup il est intact !
 
 


 
Comprenez-vous pourquoi j'entretenais un certain suspense ?
Le frisson qui a m' a parcouru quand je l'ai trouvé n'a d'égal que sa valeur et sa beauté retrouvée. Une incroyable pièce pour une collection qui me prend de plus en plus de place ! Ah je rêve du jour où j'aurai une grande maison et une pièce rien qu'à moi pour exposer mes collections et tous mes trésors... En attendant, je les expose en roulement, d'ailleurs les chapeaux d'Hiver viennent de rejoindre leurs boîtes pour laisser place à d'autres un peu plus de saison... Mais celui-ci restera sous mes yeux un bon moment, tant il est impossible que je me lasse de l'admirer...
 
 
 
 

mardi 12 mai 2015

Trouvailles du Week-End

Quelle chance d'avoir chaque semaine l'occasion de chiner en plein cœur de la ville, sur le chemin de la boutique ! Une belle entrée en matière pour un week-end souvent chargé. Cela faisait quelques temps que je revenais bredouille des puces, à peine une petite bricole ça et là, mais la samedi j'ai rempli mon panier d'un bric-à-brac qui m'a rendu le sourire ! Voyez plutôt :
 
 
Quelques babioles de plus (je suis sûre que mon homme prie en secret pour que je m'arrête) , mais chacune trouvera sa place et son usage chez moi ou à ma boutique.
C'est parti pour la revue de détail.
 

 
Première trouvaille de la matinée, une nouvelle horloge en formica d'une marque que je ne connaissais pas, en parfait état de marche.
 
 
Ce genre de cagette ou de petites boîtes vintage me servent tous les jours à la boutique pour la présentation de multiples babioles. Ainsi quand le prix est raisonnable je prends !
 

 
D'étonnantes petites publicités pour les Thés Eléphant servant peut-être de marque-page, qui datent a priori des années 30-40. Je ne sais pas encore ce que je vais en faire, mais je ne voulais pas laisser ces petits riens colorés et insolites.
 

 
Trois photos d'une skieuse émérite dans les années 40, sur lesquelles on voit bien la forme typique du pantalon.
 
 
Un collier en perles de galalithe d'un très beau rouge marbré... même si je ne porte pas de colliers, je n'ai pas su résister à ce rouge si franc, couleur que l'on croise de plus en plus rarement dans cette matière.
 
 
Un nouveau lot de magazines des années 30-40, cette fois-ci deux numéro de Mode & Roman de 1938 et 1939, et 11 numéros de Mode du Jour d'Avril 1939 à Octobre 1946.
 
Petit florilège de ces jolies couvertures (et quels beaux chapeaux !) :
 








 
Trois bocaux à confiture anciens qui m'ont fait craquer par leur forme et leur taille, pratiques pour le présentation de sauces, de confitures, etc.
 
 
Et enfin, une cruche "cigogne" alsacienne à tout petit prix pour une fois (4 E !), c'est ce qui m'a décidée à acheter enfin ce modèle que je croise régulièrement sur les étals des brocanteurs (mais toujours aux alentours de 15 E, ce que je trouvais un peu trop cher).
Il ne manquait que ça sur ma table pour accompagner flammekueche, spätzle, bretzel ou choucroute :-)
 
 
...Et puis il y a LA trouvaille du week-end, une pièce aussi superbe qu'inattendue, qui mérite largement son propre article...laissez-moi donc vous faire languir un peu mais pas trop, car il me tarde de vous montrer ce trésor d'exception que j'ai chiné dans un fond de carton à chapeaux...je n'en dirai pas plus !
 
A très vite !
 
;-)
 
 
 
 

dimanche 10 mai 2015

Samedi Coloré

 
Ce samedi, dernière ligne droite avant un week-end fort court mais néanmoins mérité, j'ai choisi de profiter de la douceur ambiante pour composer une tenue de saison. Un petit mélange, comme à mon habitude, de diverses influences et provenances, pour un look toutefois totalement 40's.
 
 
Je porte donc une robe-chemisier américaine toute simple, achat eBay de l'année passée, dont j'aime beaucoup le tombé et le confort (ah ! la rayonne !), mais aussi ses tons frais de jaune tirant sur l'ivoire parsemé de motifs bleu marine. Pour moi qui ne suis pas friande de tons clairs, cette robe fait figure d'exception, avec quelques rares autres !
 

 
On reste dans des tons frais mais soutenus mêlant jaune, bleu, pourpres et bordeaux, avec les accessoires : dans les cheveux un grand foulard en crêpe que j'adore, chiné sur eBay il y a quelques temps + ceinture bordeaux + chaussures 40's du même ton provenant d'un stock ancien, que je porte avec des soquettes comme c'était souvent le cas dans les années 40 puis 50.
 

 
A mon col, une de mes broches préférées...que paradoxalement je ne porte presque pas, tant j'ai du mal à l'assortir ! En effet n'étant pas une grande amie du jaune j'ai peu de robes qui en contiennent, et de plus une telle broche ne ressort correctement que portée sur un fond clair, ce qui nous ramène au point cité plus haut : j'ai peu de robes claires car je trouve toujours que ces tons ne flattent pas ma silhouette (trop) ronde...
 
 
A mon bras, vous reconnaîtrez évidemment ce fabuleux sac d'époque restriction textile dont je vous parlais dans mon précédent article ! Je n'ai pas attendu bien longtemps avant de le sortir, dès que je l'ai eu je brûlais d'impatience. Et même s'il me faut désormais veiller jalousement sur ce petit trésor, je ne doute pas de le porter de nombreuses fois dans les prochains temps !
 

 
Quant aux lunettes, il s'agit aussi d'une pièce des années 40, très originale. Je n'en ai jamais vu de pareilles ailleurs ! C'est ce qui avait forcé mon achat il y a quelques années quand j'étais tombée sur elles. Leurs arabesques bordeaux en font les compagnes idéales de toute tenue qui contient cette couleur.
 
 
 Bonne fin de week-end ensoleillé à toutes et tous, et surtout du courage pour cette nouvelle semaine sur le point de débuter, à l'heure tardive où j'écris ces lignes !
;-)
 
 
 


samedi 9 mai 2015

Petits Trésors

Beaucoup passeraient devant sans s'arrêter dessus. D'autres, comme moi, ont le palpitant qui s'emballe à la simple vue de ces silhouettes typiques. 
Je les avais dans mon viseur depuis quelques temps, planqués dans ma liste de favoris dans l'attente de finances plus favorables...et un jour je me suis dit "Oh et puis Zut ! Des pièces pareilles ça ne court pas les rues ! Fonce !!!"... Je me suis donc offert ces deux très beaux sacs années 40 datant de la période de restriction textile.


J'avais déjà quatre autres sacs du même genre et de même période, tous différents et avec leurs petites originalités propres, mais c'est la première fois que je tombais successivement sur 1) des pièces en couleur (surtout le bordeaux !), et 2) des modèles aussi détaillés et raffinés. C'est pourquoi malgré leurs prix pas donné-donné j'ai complètement craqué... Des pièces aussi belles, aussi originales, c'est pas tous les jours que j'en trouve !


Le premier est a priori en reps bleu marine doublé de cartonnage, tissu intérieur satiné marine également, avec un cadre en bois peint d'un rouge vibrant, fermoir et coins renforcés en métal doré.


Son décor est assez insolite, et je suis bien incapable de dire avec certitude en quoi c'est fait ! A première vue on dirait une fibre textile colorée saupoudrée sur un trait de colle disposé avec un embout fin... Mais je ne peux jurer de rien ! Ce qui est sûr c'est que les irrégularités de la réalisation témoignent de son caractère "fait main".

 
 Raffiné jusqu'aux plus petits détails, comme la forme très Art Déco de son fermoir...
 

Passons au second, pièce incroyable s'il en est, déjà par sa couleur plutôt rare, mais aussi par le travail de patience de son décor. Coton gris-rose-bordeaux (difficile de définir cette teinte !) entièrement brodé de cordonnet rosé, toujours doublé de cartonnage pour maintenir le sac en forme, cadre en bois recouvert de suédine (ou simili) bordeaux, avec à nouveau fermoir et coins renforcés en métal doré.


Quel travail de fou !!! Mais c'est ce qui donne tout son charme à ce sac très original. 
J'ai terriblement hâte de trouver la tenue adéquate pour sa première sortie, vous l'imaginez !


Ici aussi le fermoir a une forme originale. Moins géométrique et Art Déco que son cousin marine, mais tout aussi typique.

On croise de plus en plus rarement ce type de sacs, que ce soit sur internet ou en vide-greniers ou brocantes. Ceci dit il suffit d'un peu de chance pour dénicher des perles ! Ainsi j'en ai deux en une espèce de paille, deux autres mêlant tissus et lanières d'un cuir très fin. Toujours avec cette même forme en trapèze, toujours doublés de cartonnage, et fermés par un cadre en bois peint ou recouvert.
Le plus difficile reste de les trouver en état d'être encore portés. Ainsi la plupart de ceux que je possède sont trop fragiles pour supporter mon bardas toute une journée : souvent la faiblesse principale concerne l'attache au cadre, ou les coins rendus délicats par l'usage. Mais même quand ils ne sont plus utilisable, il est hors de question de m'en défaire : ce sont de si incroyables marqueurs de l'Histoire de la Mode et de l'Histoire tout court, témoins silencieux d'une période difficile où le système D a donné lieu à des créations toutes plus originales et ingénieuses. On est bien loin de la société de consommation actuelle...

A très bientôt pour les voir enfin portés !!!