mardi 24 mai 2016

Trouvailles du Week-End

Quelle déception ! Moi qui attends toujours le week-end et ses promesses de nombreuses trouvailles en vide-grenier...cette semaine encore, la fête a été gâchée par la pluie. Heureusement nous avons pu faire un petit tour sur un vide-grenier à deux pas de chez nous avant que le déluge ne s'abatte sur les exposants. Ainsi, j'ai rapporté quelques menues trouvailles que voici :


La moisson de la semaine se compose donc de quelques petits riens chiné dimanche à deux pas de chez nous, mais aussi deux cadeaux trouvés samedi à St Sernin, et une pièce de collection dénichée sur le net. Voyons cela d'un peu plus près, suivez le guide :


Rares sont mes trouvailles aux puces ces dernières semaines...snif. Cependant j'ai craqué pour ce jouet articulé en plastique, kitsch à souhait, années 70, que je destine à ma fille. En plus notre ami brocanteur nous en a fait cadeau, quelle aubaine !





Autre cadeau du même brocanteur, ce petit poudrier souvenir de l'Exposition Coloniale de Paris en 1931. Il semble être en écaille véritable, avec un petit miroir intérieur cerclé de métal, le dessus étant en verre peint à la main de ce qui semblerait être une vue de temple birman. Comme beaucoup de petits riens que je chine depuis des années, je n'en ferai sans doute rien de particulier, mais je ne pouvais pas me résoudre à le laisser là, dans son fond de boîte, faiblissant et condamné à l'oubli... 
Comment ? je suis une grande sentimentale, vous croyez ? Je ne le nie pas. Ces petits objets oubliés ont le don de m'interpeller, de m'émouvoir. J'ai surtout un profond respect pour tous ces "petits riens" comme j'aime à les appeler, ces témoins d'époques révolue qui furent un jour achetés ou offerts, aimés puis abandonnés...

Bref. Venons-en aux trouvailles du dimanche :
 





Un joli lot de grandes étiquettes gommées dans leurs pochettes, années 40-50 je dirais, neuves d'époque. Toujours sympa sur un paquet cadeau !



Un métrage d'un joli galon brodé ancien, que je destine à l'embellissement d'un sac que je projette de réaliser à la manière des sacs restriction, d'après un modèle d'époque.


Un objet étonnant mais fort pratique que cette boule bardée de trous servant à recueillir les stylos ! En plus en verre rose ils ne sont pas si courants. Hop, le voilà déjà en usage !



Un très joli petit plaid granny années 70 aux couleurs froides réveillées de touches de rouge. Je craque complet  pour ce genre de plaids, mais mon homme beaucoup moins hum hum ! du coup je suis obligée de me restreindre... Celui-ci part donc dans la foulée vers une collectionneuse invétérée de mes amies, et vivra une belle vie entouré d'autres trésors 70's bien flashy !


Décidément on me fait souvent des cadeaux sur les vide-greniers : ce petit tampon sapin de Noël m'a été offert par un sympathique brocanteur chez qui j'avais déniché d'autres petits riens. Il me sera sans doute très utile à Noël prochain, pour une déco ou pour mes étiquettes de cadeaux ! 




Et enfin, terminons la revue des trouvailles dominicales avec ces deux cadres bombés anciens, bondieuseries bien kitsch comme il faut qui rejoignent ma collection. Il me tarde de pouvoir la sortir de ses boîtes et l'afficher à nouveau...il faut attendre qu'on déménage pour plus grand, pour que j'aie un mur où afficher cette collection exponentielle qui comprend plus de 120 pièces !!! Et pourtant, impossible de m'arrêter :-P 

Terminons la revue de détails des trouvailles de cette semaine par ce sac déniché sur le net :


Je l'avais dans le collimateur depuis quelques temps, mais je le trouvais trop cher. Après une petite négociation, j'ai fini par l'acquérir, et il va rejoindre ma collection de sacs d'époque restriction textile, qui ne comptait pas encore de modèle brodé. Celui-ci est original de par sa forme, qui diffère des modèles trapézoïdaux courants. Du coup il n'est pas monté sur un squelette de carton mais est en canevas simplement doublé d'une belle soie violette en parfait état. L'anse en torsade de cordelette colorée achève de lui donner un charme unique.



Ce sac, le 22e de ma collection, rejoint ses colocataires en attendant sagement la saison froide pour se promener à mon bras...



J'espère que les prochains dimanches seront un peu plus propices à la flânerie en vide-greniers, parce que mine de rien ça fait quelques semaines que mes trouvailles se raréfient à cause de cette météo capricieuse. L'accro que je suis fulmine, bouillonne, trépigne !!! Même si force est de constater que malgré les centaines d'exposants présents sur certains déballages, les objets et bibelots dignes d'intérêt tendent à se faire de plus en plus rares...signe que le temps des chineurs invétérés touche à sa fin...




lundi 16 mai 2016

Marine

C'est un constat que j'ai souvent fait : en vêtements et accessoires 40's on trouve beaucoup de bleu, du marine surtout. Est-ce parce que cette couleur constitue un excellent basique de par sa facilité à être assortie ? Sans doute. A cette période où on portait encore peu de noir au quotidien (couleur réservée au deuil), le bleu marine permettait toutes les associations et customisations, pour faire du neuf avec du vieux.
 Toujours est-il que le nombre de robes bleu marine ou imprimées sur fond bleu qui ressort quand je fais mes recherches, et du coup leur proportion dans ma penderie, ne cesse d'augmenter : les plus colorées se font de plus en plus rares...et chères. 
Ceci dit, même si j'essaye de dénicher au maximum des couleurs différentes, il est toujours bon d'avoir dans sa garde-robe quelques exemplaires bleu marine, que ce soit en sacs à main, chapeau, veste, chemisier, jupe ou robe. Il en va de même pour l'imprimé pois, qui reste un réel basique de mes diverses tenues, car il fait toujours mouche. 


Je profite donc d'une fraîche journée pour vous présenter quelques nouveautés. Vous en aurez déjà aperçues certaines dans mon tas de trouvailles parisiennes, et il me tardait de vous les montrer en situation. Ajoutons à cela une robe américaine chinée sur Etsy récemment, et nous avons une tenue typiquement années 40 dans des tons de bleu et de rouille, idéale pour les derniers jours frisquets de la mi-Mai.


Vous l'avez reconnue ? Je porte la veste en jersey bleu marine chinée chez Casablanca lors de mon séjour parisien, fraîchement revenue du pressing. Je n'en pouvais plus de l'attendre ! J'aime tellement ces vestes en jersey, pratiques et confortables, chaudes juste ce qu'il faut pour la demie-saison.


Je n'ai eu qu'à remplacer ses boutons recouverts dont 2 manquaient par trois boutons 40's en verre bleu marine rehaussé d'argent, et la voilà portée avec le plus grand plaisir. 


Très épaulée et coupe cintrée, cette veste toutes simple habillera bon nombre de mes tenues 40's.


Les accessoires apportent un peu de couleur à la tenue, rehaussés par le fond bleu marine...


Pour la première sortie de cet étonnant chapeau "halo" à double calotte rapporté de Paris, j'avais envie de tester une nouvelle coiffure en l'associant au port d'un petit filet chiné à St Ouen, en velours bleu. L'effet peut sembler étonnant mais je ne suis pas mécontente du résultat !


Au col, cette magnifique broche Libération en celluloïd qui semblait m'avoir attendue dans la vitrine de chez Daniel & Lili pendant plusieurs années... Maintenant qu'elle est mienne je ne sais comment j'ai pu ne pas l'acquérir plus tôt, tant j'en suis amoureuse ! Je l'adore ! Et même mon homme s'est fendu d'un "elle est belle ta broche !" Oo waaaaaw :-)


Aux oreilles, ces jolis boutons années 40 en bois peint transformés en boucles d'oreilles par mes soins...nickel pour le petit rappel bleu-blanc-rouge-jaune de la broche.


Au poignet, quelques bracelets divers et variés, en bois sculpté et peint, en bakélite ou en reptile, assurent le rappel de couleurs.
 

Une fois tombée la veste, nous voyons un peu mieux cette robe en rayonne, qui date a priori de la 2nde moitié des années 40, en témoigne sa jupe ample et fluide coupée dans le biais. Comme je le disais précédemment dans ces pages, j'apprécie beaucoup la forme robe-chemisier car le col structure ma ligne d'épaules et gomme un peu leurs rondeurs. De plus étant très confortable grâce à sa matière, cette rayonne fluide et légère que j'affectionne, cette robe sera sans nul doute une fidèle compagne de la demie-saison.


Petit gros-plan pour vous montrer le détail du travail sur le buste, avec des jours et des surpiqures en forme d'étoile, qui relèvent d'une touche de sophistication cette robe en apparence toute simple.


Pour le sac, j'ai choisi ce modèle d'époque restriction, avec sa forme typique trapézoïdale et son cadre en bois. Je l'ai chiné à Bruxelles en Juin dernier, et depuis il est un de mes favoris, avec sa découpe très Art Déco. Du reste, c'est aussi l'un des moins fragiles de ma collection restriction, ce qui me permet de le porter régulièrement sans craindre pour sa structure.


Aux pieds, une paire de compensées années 40 en cuir rouille, que j'ai depuis longtemps et que j'adore. Malheureusement je peux de moins en moins les porter, car avec le temps l'usure les a fragilisées, et elles montrent des signes de faiblesse irrémédiables...snif. Difficile de leur trouver des remplaçantes dignes de ce nom !!!



Voilà donc une tenue typiquement 40's qui se marie parfaitement à la fraîcheur de la demie-saison, que ce soit le Printemps ou l'Automne. Ses couleurs seraient d'ailleurs plus adaptées à cette dernière...je sais je rabâche mais il me tarde vraiment de passer à des teintes plus fraîches, et vous montrer les petites robes sympathiques qui patientent encore dans ma penderie ! D'ici là, je prends mon mal en patience, et tente de chiner quelques accessoires pertinents pour les habiller... 

 
A bientôt !



mercredi 11 mai 2016

Le Printemps Est Là

Enfin ! 
Même s'il ne fait que passer -car d'un jour à l'autre on passe d'une douceur toute de saison à une grisaille maussade digne d'un mois d'octobre-, le Printemps semble s'être enfin décidé à débuter. 
Ainsi, pour saluer cette arrivée tant attendue des jours ensoleillés qui remontent le moral et filent la pêche, quoi de mieux qu'une tenue toute en fraîcheur, dans des tons doux, acidulés ?


J'étrenne ainsi une robe / blouse chemisier années 40, achetée récemment chez Groucho. J'apprécie énormément ce type de robe-chemisier Eté comme Hiver car c'est une forme qui va plutôt bien à mes rondeurs, camouflant ce qui doit l'être, structurant la ligne d'épaules,... Donc quand j'en croise à ma taille, je prends ! De plus son coton simple la rend facile à entretenir et à porter, même en cas de grosses chaleurs (j'ai vraiment un soucis avec ça, chaque année à la saison chaude c'est la galère pour ne pas tuer mes robes à coup de transpi :-( oui je sais c'est pas glam mais bon c'est la vie hein). Pour achever de me séduire, ses tons pastels si vitaminés et son imprimé de carreaux m'ont tapé dans l'oeil. 



J'ai choisi de réveiller les tons de la robe par des accessoires d'un vert franc, associés à un peu de rose, de blanc et de bordeaux.


Pour la broche, une impressionnante grappe de cerises en bois peint sur une feuille de bois brut sculpté, achat Ebay d'il y a quelques années. Je l'adore mais je la porte peu, d'une à cause de sa fragilité (les liens des cerises montrent des signes de faiblesse évidents) mais aussi à cause de son poids : comme elle est très grande et toute en bois, elle ne convient pas à tous les textiles ! Impossible de la porter sur un crêpe fin ou de la rayonne, tiraillés par son poids. Il n'y a que sur un coton robuste que je peux l'épingler sans soucis... 
Quelle prise de tête pour une simple broche, me direz-vous ?! Celles qui portent du vintage au quotidien savent bien que ces pièces anciennes, que ce soit les robes, les bijoux, les chapeaux, les sacs ou les chaussures, ont chacune une contrainte, des conditions avec lesquelles il faut savoir composer, sous peine de les abîmer irrémédiablement...


Aux oreilles, des clips en tissu années 50-60 chinées au puces il y a des années. J'aime beaucoup ce genre de boucles d'oreilles pour la saison, légères et fraîches. Malheureusement elles ne sont plus si évidentes à dénicher en bon état ! 

Avec ça, je n'ai pas fait de photos de près mais on les aperçoit, je porte deux bracelets anciens, l'un en bakélite marbrée verte (trouvaille de vide grenier) et l'autre en plastique strassé et moulé façon bambou, un peu plus tardif (chiné à St Ouen il y a quelques années). Le sac quant à lui date des années 40, époque restriction textile. Difficile de s'en rendre compte sans l'avoir dans les mains, tant sa silhouette semble contemporaine, au plus ancien 70's. Mais il s'agit bien d'un modèle de la période, car il est fait de toile bordeaux doublée de caoutchouc !


Il me tarde de vous présenter enfin les petites merveilles si fraîches qui patientent encore dans mon armoire... Vivement le soleil, les après-midi en balade, les tenues légères ! Je n'y tiens plus ! 
;-)


 

lundi 9 mai 2016

Trouvailles Parisiennes

Je ne saurais dire qui, de vous ou de moi, est la plus impatiente... J'ai tant hâte de partager avec vous mes trésors parisiens que je n'y tiens plus, me voilà prête à vous montrer ce que mes sacs bien remplis ont porté jusqu'à Toulouse à mon retour !
Entre les trouvailles en boutique ou aux puces et des échanges entre amies passionnées, on peut dire que je ne suis pas revenue les mains vides. En plus, ce sont des pièces vraiment exceptionnelles qui entrent dans mon petit musée personnel ! Rien de moins que quatre broches Libération, cinq paires de chaussures à semelles bois, quatre sacs époque restriction textile...et ce n'est pas tout !!! 

Allez, je ne vous fais pas plus languir. Voici donc ma moisson parisienne :


Les voilà pèle-mêle, posés sur mon lit, mes petits trésors d'un autre temps...
C'est toujours un tel plaisir de chiner, de partager, d'échanger ! Se pencher sur un vieux carton humide et en tirer une pièce rare...retourner patiemment une boîte en fer blanc remplie de bijoux cassés et en sortir le petit rien qui fait battre le coeur... C'est ma drogue, mon moteur, j'adore ça ! Et même si chaque nouvel apport à mes multiples collection est accueilli par un long soupir de mon homme, face à la place qui commence à manquer, je ne pourrais pas m'en passer.

Allons-y, c'est parti pour le détail de ces trouvailles parisiennes :


Débutons avec ces quelques vêtements, certes 70's, mais de vrais "basiques" qui sauront se rendre utiles : une veste zippée de demie-saison à carreaux, taille marquée et silhouette inspirée des années 40 + un petit top brodé très bohème pour cet été + une jupe mi-longue noire à pois blanc, un basique été comme hiver + une robe dos-nu en diolen orange pâle à pois blancs, pour affronter les grosses chaleurs.



Chinés au vide-grenier du dimanche matin, quelques cahiers anciens...c'est pas comme si j'en manquais : j'en ai une valise pleine ! Et malgré ça je ne peux pas résister à leur charme fané, à leur design inventif (mention spéciale au "rodéo" écrit avec une ceinture, de la boucle à la pointe !), leur papier de qualité.


Pour quelques pièces, un maillot de bain une-pièce en nylon, années 50-60...vivement l'été !


Quelques chromos...ce ne sont pas de vraies anciennes mais des rééditions, certes c'est un peu dommage, mais au moins je n'aurai pas de scrupules à les utiliser. Et puis c'est bien meilleur marché aussi que des vraies anciennes !





Fruits de mer et crustacés, fées et colombes, brassées de roses romantiques...de quoi agrémenter nombre d'objets dans un futur proche. Ya plus qu'à !


Passons à la mercerie : j'ai beau en avoir des boîtes pleines, je me laisse toujours séduire par un bouton, une boucle de ceinture, un ruban...c'est une vraie drogue !


Charmants boutons en plastique, vers les années 60...bientôt transformés en boucles d'oreilles !


Idem pour ces deux-là, vers les années 40, en bois peint.


Mes préférés, en bois peint également, dans un état impeccable, Le Corbeau et le Renard de La Fontaine...j'ai hâte de les transformer en boucles d'oreilles et de les porter !



Enfin, des boucles de ceinture années 30-40 dont j'adore le design et les couleurs, d'ailleurs j'avais déjà rapporté leurs cousines dans mes valises la dernière fois, dans des couleurs variées.


Passons aux accessoires de coiffure :


Pour la collection, quelques jolies cartes de barrettes, années 30 à 40...


...et un filet à cheveux dans son délicat paquet en papier cristal, j'adore son illustration, son graphisme...cadeau de mon amie Arlette...


En cadeau également, ces petits paquets d'épingles, toujours utiles pour les chignons et autres montages capillaires hasardeux...


Chinées en vide-grenier, deux jolies barrettes en résine façon écaille, probablement vers les années 40.


Deux jolies résilles à cheveux anciennes au fini velours, chinées dans un stock ancien, l'une porte encore son étiquette d'époque...c'est toujours émouvant ! 


Trois épinglettes fleurs dénichées Chez Poupoule, très mignonnes...



Chez Poupoule toujours, ce coupon de rayonne années 40 dont j'adore l'imprimé ! J'ai hâte de le transformer en chemisier, très certainement en suivant le patron ci-dessous :


Quelques patrons années 40, lingerie, blouse, chemisier, robe et, chose plus rare, un modèle masculin !



En cadeau Chez Poupoule, ce très joli bavoir des années 30 portant le premier Mickey...pièce rare s'il en est ! Je ne pense pas le soumettre aux flots de bave de ma fille mais plutôt lui trouver un joli cadre pour le protéger !


Cordonnet ancien sur sa bobine en bois...de quoi me lancer dans de beaux projets !



Un chemisier ouvert années 40, j'aime beaucoup son imprimé frais...j'ai hâte de le porter ce printemps !



...de même que ce très chou boléro dont malheureusement je n'ai pas réussi à capturer la vraie teinte, un vert un peu moins flashy, plus doux, qui fera merveille dans quelques jours, quand la météo me permettra de le porter.


Deux robes années 40 en coton, aux imprimés et teintes fraîches. Tout ce que j'aime !


Robe / blouse chemisier à la forme typique et simple, dénichée chez Falbalas aux puces de St Ouen. Je raffole de ce genre de robes pour l'Eté car elles sont faciles d'entretien et leur coton ne craint pas les accès de chaleur. J'ai trop tué de robes plus délicates en crêpe par exemple, qui ne supportent pas la transpiration et dont le tissu se déchire quand il est mouillé ! Du coup j'opte pour un bon vieux coton, plus sûr, et plus frais aussi !


Celle-ci, ravissante et fraîche, avec son imprimé original de coqs et de fleurettes en bleu-rouge rosé-blanc, provient d'un échange avec une amie passionnée. Elle est trop petite pour moi, mais je n'ai pas pu m'empêcher de fondre pour ces couleurs, ce coton fluide, cette forme simple, cet imprimé vif. Un bel ajout à ma collection !


J'ai eu des petits cadeaux aussi !!! Arlette a vu juste en m'offrant ces cache-pots et ornements de jardinière années 70, j'adore ! Ils ont d'ailleurs tous d'ores et déjà trouvé leur place chez nous :-)




Au rayon des broches, je me suis fait quelques nouvelles amies !!! Etant mon accessoire favori, j'en ai de toutes sortes et de toutes tailles...et je commence à ne plus savoir où les mettre !(pour changer)


Cadeau de ma chère amie Anne-Laure, ce grand caniche en porcelaine et métal, aux couleurs pastels mêlant bleu et rose, sera parfait pour habiller mes tenues printanières.


J'ai craqué pour ce chien en galalithe chez Daniel & Lili aux puces de St Ouen, entre autres beautés... Sa teinte rouge sang marbré (plus foncée en vrai qu'en photo, difficile de capturer sa couleur réelle) fera merveille été comme hiver.


Encore un joli cadeau d'Anne-Laure, déniché ensemble sur un vide-grenier parisien : grande broche 40's en métal peint et strassé, petit bouquet de fleurs pastels idéal pour le Printemps.


Coup de coeur pour cette broche "main" chinée chez Daniel & Lili...


Chinée aux puces de Vanves, cette délicate broche en lucite sculptée m'a séduite au premier regard. Tout comme sa carte de présentation !


Je ne pouvais résister au charme naïf de cette illustration que je destine à la chambre de ma petite puce...



Il est si rare d'en trouve désormais, surtout sur des puces, qu'en l'apercevant mon sang n'a fait qu'un tour : belle prise que ce top en maille jersey noir avec ses boutons en galalithe multicolore, dans un état miraculeusement parfait ! Et en plus c'est ma taille...


Magazine de tricot de juin 1937, renfermant de ravissants modèles et une mine d'inspiration pour la customisation de robes, vestes, etc.




Passons aux chapeaux... Là aussi, les petits nouveaux ne sont pas des moindres. Halo, faits maison, turban, en tissu, velours ou feutre, c'est avec le plus grand plaisir que j'accueille ces trésors avec la plus grande hâte de les porter.


Le premier est un chapeau 40's de forme "halo" à double calotte, en feutre roux bordé de tresses de velours marron. Je le vois déjà coiffant une de mes tenues de l'Automne prochain...


Chiné chez Casablanca  dans un fond de boîte, ce grand feutre marine possède une élégance propre bien difficile à capturer comme ça, sur une tête Twiggy. Calotte haute savamment drapée, large bord, je suis tombée sous son charme !



Coup de coeur pour ce très joli chapeau "halo" années 40, en tissu à carreaux bleu, crème et rouge bordeaux, fait maison, avec sa cocarde de gros grain. Une pièce exceptionnelle !



Autre pièce tout à fait exceptionnelle, que je vous présente tel quel, avant sa restauration : un véritable turban années 40 dans un très beau velours prune ! J'ai plongé la main dans un carton humide rempli de feutres 50's et 60's, et tout au fond je l'ai aperçu, aplati, déchiré, abougri. Ce petit bijou de savants drapés est déchiré par endroits, et a surtout perdu sa bourre qui le maintenait en forme. Ainsi il est difficile d'en percevoir la hauteur et la beauté sur ces images, mais je réserve sa remise en forme à un prochain article... Ya plus qu'à.



Chiné en vide-grenier, un ravissant petit chemisier 40's brodé, avec une particularité que je n'avais encore jamais croisée : regardez comment sont cousus les boutons, avec une couture non pas en parallèle ou en X, mais en épi ! C'est tellement mignon ! J'hallucine de n'y avoir jamais pensé...


Venons-en à mes chouchoutes, les petites nouvelles de ma collection Libération :


Grande broche en lucite peinte d'un bouquet Libération, ceinte d'une bordure de métal formant une chaîne aux maillons travaillés.


J'avais repéré cette grande broche en celluloïd depuis longtemps chez Daniel & Lili, sans jamais me décider à l'acquérir. Ce n'était pas son prix car il était très raisonnable, mais je ne sais pas, sans doute ai-je préféré les précédentes années me concentrer sur d'autres achats. Toujours est-il qu'aujourd'hui elle est enfin mienne, et je l'adore ! Déjà par sa matière qui est de mes favorites, mais aussi par sa forme, son originalité. Une pièce maîtresse de ma collection !


Petite par la taille mais grande par son originalité, je n'avais pas encore ce modèle-ci d'un bachis entouré des drapeaux anglais et français.


Enfin, on retrouve à nouveau le bouquet de coquelicots-marguerites-bleuets typiques des motifs Libération sur cette jolie broche en lucite peinte et gravée, chinée pour quelques pièces en vide-grenier...assurément une de mes préférées entre toutes !


Et pour terminer en beauté le rayon Libération, voilà un bracelet peint à la main des trois fleurs patriotiques, probablement unique...


Que dis-je nous refermons le chapitre Libération ? Eh non, il en reste encore et pas des moindres ! Ces deux pièces étonnantes rejoignent également ma collection...




Superbe et très probablement unique ceinture en toile brodée au point de croix des drapeaux alliés. Exceptionnelle !


Et enfin, ce mouchoir superbe représentant différents corps d'armée, entourés de brassées de coquelicots, marguerites et bleuets. Comble du hasard, je possède un foulard ayant exactement le même graphisme, chiné il y a plusieurs années aux puces ici à Toulouse !!!



Depuis longtemps je recherche ces vestes typiques des années 40 en jersey, devenues rares avec le temps de par leur matière appréciée des mites. Et voilà que j'en trouve une quasi neuve, chez Casablanca, en jersey bleu marine ! Je suis évidemment ravie de mon achat, et ai hâte de la porter à son retour du pressing.


Et voilà les nouvelles arrivées dans ma collection de chaussures époque restriction textile ! Cinq paires, toutes différentes, toutes superbes... Découvrons-les en détail :




Cette première paire est de la marque André, toujours active de nos jours ! Ces sandales à lacets sont en cuir marron-roux perforé, et possèdent les fameuses semelles en bois rendues flexibles par un savant entrelacs de fentes.



Les secondes sont des sandales compensées à semelles de bois d'un seul bloc, moins aisées pour la marche mais tout aussi jolies et confortables -du moins si vous avez comme moi l'habitude des semelles de bois-. Le chausson est fait d'un cuir marron foncé qui a beaucoup séché avec les années, il va falloir que je les graisse comme il faut pour le préserver.



Vient ensuite une paire parmi mes préférées, des derbys bicolores toutes neuves si on en croit leurs semelles de bois peint en parfait état, encollées de petits patins de cuir pour en améliorer l'adhérence et en ralentir l'usure. Semelle de bois peint, chausson en cuir noir et toile écru au tissage grossier, serait-ce un lainage ?



Viennent ensuite ces sandales typiques du Système D imposé par les restrictions de l'époque : le chausson est formé de multiples bandes de lainage et de feutre cousues entre elles, et bordées d'un minuscule liseré de cuir pour la finition.



Enfin, sans doute les plus abîmées du lot mais tout de même mes préférées, ces sandales compensées en cuir, à la semelle travaillée et peinte. J'adore ! Ah si seulement on pouvait encore trouver ce genre de chaussures de nos jours, je ne porterais que ça...

Terminons cette revue de détail de mes trésors parisiens avec le chapitre des sacs époque restriction textile : là aussi, ma collection s'agrandit...


Déniché chez Mamie Blue, ce sac en lainage bleu nuit a sans douté été réalisé à la maison par sa propriétaire qui a ajouté ses initiales en métal à l'avant. Forme typique de la période, on croise beaucoup ces modèles faciles à faire soi-même dans les magazines féminins de l'époque.


Même genre mais très différent tant par sa forme que par ses finitions, ce sac-ci est également fait d'un lainage bleu, mais est légèrement plus marine que son cousin vu précédemment. De plus, des pièces de cuir ont été ajoutées pour la fermeture et en décoration, ainsi que pour renforcer son anse. On retrouve ici encore les initiales en métal, apposées par sa propriétaire.


Dans le style de ceux que je recherche par monts et par vaux, avec cette forme trapézoïdale typique et ce cadre en bois pour fermeture, voilà une de mes plus belles pièces. Son cadre, avec ses angles pointus, en fait à lui seul une pièce exceptionnelle. Le corps du sac est fait d'un très beau feutre bordeaux rehaussé de pièces de cuir du même ton. Assurément l'une des plus belles pièces de ma collection !


Mais ma mention spéciale, mon coup de coeur intersidéral, c'est pour ce sac-ci. 
Unique en son genre et pourtant typique de la période de restriction textile, ce sac en toile beige, brodé au cordonnet des fleurs de la libération (est-ce un coquelicot ? ça ressemble d'avantage à un oeillet cette fois-ci, non ?), est dans un état proche du parfait, ce qui est étonnant quand on considère ses teintes claires souvent sujettes aux taches en tous genres. Comme toujours, il est bâti sur un squelette de carton habilement caché par la doublure. Le fermoir est fait d'une pièce de métal courbe recouverte de toile. Les couleurs sont si brillantes, si vives, qu'on croirait qu'il a été fait hier... 
Je ne sais comment décrire ce que je ressens quand je regarde ce sac exceptionnel. Quand je le vois, quand je l'ai dans les mains, je suis émue, tremblante. J me sens si honorée d'en avoir la garde... Je l'ai d'ailleurs mis en exposition dans notre chambre, ainsi je peux le voir tous les jours.


Je vous quitte sur le détail de la broderie de ce sac incroyable, assurément le plus beau trésor rapporté de Paris cette année...

A très vite pour de nouvelles trouvailles !