vendredi 5 mai 2017

En Rose et Noir

Comment se fait-il que malgré une penderie pleine à craquer, ce soit toujours le même constat, jour après jour ? J'ai rien à me mettre !!! Mon homme lève les yeux au ciel quand je glisse ça entre le café et les tartines du matin... Normal, ça lui passe complètement au-dessus tout ça : jeans & t-shirt tous les jours, ya rien de bien sorcier là-dedans. Mais quand on est comme moi accro aux fringues vintage, c'est une autre paire de manches ! "Tiens je mettrais bien cette robe aujourd'hui"...ah mais non je peux pas elle est trop fragile pour ce que je dois faire / trop courte / j'ai pas fait les retouches / longueur nécessitant des talons, or je dois beaucoup marcher / mais si je mets celle-là je peux pas mettre telle veste ou tel sac avec... etc etc ! Bref tellement de paramètres à prendre en compte... C'est loin d'être simple tous les jours ! Heureusement j'aime ça :-) 

Pour ce qui est de la tenue qui nous occupe aujourd'hui dans ces pages, ce fut plus simple car elle se suffit à elle-même. Je m'étonne d'ailleurs de ne pas vous avoir montré ce joli tailleur plus tôt, car ça fait déjà pas mal d'années qu'il est entré dans ma garde-robe. 



 Il s'agit d'un tailleur américain en crêpe, chiné sur Etsy à prix mini : quelques trous mineurs que j'ai eu vite fait de réparer et qui sont indécelables maintenant, sauf à examen poussé. Quelques fois c'est comme ça qu'on fait les meilleures affaires sur le net : les petits défauts rendent la pièce plus accessible, et avec un peu d'huile de coude votre nouvelle robe reprend du service comme si de rien n'était. 


  
Composé d'une petite veste bicolore avec broderies au cordonnet et d'une jupe fluide toute simple, ce petit tailleur est un must have : pratique, léger, agréable et facile à dépareiller et à assortir. J'ai évidemment craqué pour sa ligne simple et ses couleurs, car j'apprécie de rose en petites touches. 



Détail de la broderie au cordonnet... 
Les tailleurs bicolores deviennent fort rares aujourd'hui. Ils n'échappent donc pas à la règle : comme pour tout ce qui est 30's et 40's les prix explosent, malheureusement. Qu'il est loin le temps où on dénichait des merveilles à 50 euros ! Maintenant rares sont les robes à se vendre en-dessous des 100 euros...et abîmées de surcroît. Pfff. Je trouve ça triste. S'habiller vintage va quasi devenir réservé à une élite fortunée, si ça continue. Quid des vraies passionnées, aux moyens limités ?


Aux oreilles, encore des boutons anciens convertis en boucles d'oreilles : j'ai chiné ces ravissantes hirondelles en bakélite en brocante l'année dernière, et ni une ni deux je les ai transformées, comme je le fais souvent avec les boutons 40's.


 Sur la tête, celui que j'appelle mon "chapeau-moule" tant sa forme me fait penser à ce coquillage ! LOL
J'étais tombée sur lui dans une fripe toulousaine il y a quelques années. Très haut, il est de ces chapeaux typiques des modèles français des années 40. Je l'ai agrémenté d'une fleur en tissu ancienne pour lui donner un peu de couleur. Ce qu'il y a de bien avec ce genre de chapeaux tous simples, et noir qui plus est, c'est qu'on peut vraiment s'amuser à les "habiller" de fleurs ou autres accessoires colorés au gré des tenues ou envies.



A très vite pour de nouvelles aventures vintage !
;-)